Banniere la force syndicale

.

Toulouse-Paris

Toulouse - Paris

Intercités Jour

Toulouse - Paris en Intercités

Café, thé ou chocolat, sandwich, salade et boissons fraiches, tout au long de l'année, les week-ends et les jours fériés, les salariés de Newrest Wagons-Lits qui travaillent à bord des Intercités ne lésinent pas sur la qualité de leurs services, appréciés par la clientèle.

Départ à 7h44, le 7 juillet de la gare de Toulouse Matabiau, le vendeur ambulant d'Intercités (Vincent) et en voiture 13, charge son chariot et remonte la rame pour servir la clientèle avec souvent un matériel défectueux.

Vincent aime son métier, j'ai débuté en janvier 2006 sous Cremonini, puis Newrest Wagons-Lits a obtenu le marché en 2014. Un vendeur ambulant perçoit 1416,02€ de salaire de base. A cela s'ajoute un intéressement sur le chiffre d'affaires, via la vente des produits.

Outre ces conditions de travail difficiles, Vincent craint à termes que la convention collective de la restauration ferroviaire ne soit intégrée à celle de la cafétéria moins favorable.

Cette épée de Damoclès pèse encore dans un contexte où le boulot est rendu difficile du fait des horaires variables. Demain, l'on peut craindre de se retrouver avec de nouveaux types de contrats de travail. On doit se battre afin de conserver et maintenir nos droits acquis».

Arrivé sur Paris Austerlitz à 14h19, le bilan de cette journée pour Vincent qui avait un objectif de 638€, il a réalisé une recette de 875€.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.